Vous êtes ici : Accueil » fr » Blog » Informations » Culture et histoire de la Thaïlande » Les animaux domestiques de Thaïlande

travail

Les animaux domestiques de Thaïlande

Faune de Thaïlande


Toutes les versions de cet article :

agrandir

Un nombre très restreint d’espèces ont été domestiquées avec succès. La domestication est un mécanisme complexe et progressif qui change le comportement et les caractéristiques anatomiques des animaux. [1].
Cette domestication a commencé,dans le territoire de l’actuelle Thaïlande, il y a plus de cinq-mille, notamment avec des poules dont la population de 52 milliards d’individus dans le monde devance de loin celle des 2,6 milliards de canards, des 1,3 milliard de porcs et de très loin celle des 518 millions de moutons, des 398 millions de chèvres ou des 293 millions de vaches.

Histoire de la domestication

L’histoire de la domestication

Les archéologues et les généticiens des animaux utilisent des moyens différents pour décrire l’histoire de la domestication, comme l’étude des changements morphologiques des dents, du crâne et des squelettes ; et l’établissement des courbes démographiques concernant l’âge et le sexe qui permettent d’identifier les schémas typiques de la domestication. Les particularités et les contraintes qui ont provoqué la domestication des animaux restent soumise au hasard et ont pu varier selon la régions et les espèce. Les origines de la domestication des animaux sont probablement liées à la tendance répandue des population de chasseurs-cueilleurs, vraisemblablement partagée par les premiers êtres humains, à apprivoiser ou à gérer les animaux sauvages.

Un troupeau de zébus

C’est à la fin de la période inférieure du quaternaire qui correspond au paléolithique que le processus de domestication s’amorça réellement. Les modifications climatiques rendirent les prévisions plus aléatoires. Le climat devint plus chaud et ou plus saisonnier. Ces changements ont provoqué une expansion importantes des groupes humains. Suite à ces événements l’agriculture s’est développée et a modifié la distribution et la densité des espèces sauvages chassées pour l’alimentation. Dans ces circonstances on peut penser que la domestication ait eu pour but d’assurer une réserve de viande. Il est probable que les hommes ont pensé très vite à utiliser l’énergie animale, par exemple, pour labourer la terre (bœufs ou buffles) ou comme qu’animaux de somme (lamas, dromadaires, chameaux, chevaux, ânes ou bovins).

Des alpagas près du Machu Pichu au Pérou

Parmi les cent-cinquante espèces [2] non carnivores d’un poids moyen supérieur à quarante-cinq kilogrammes, seulement quinze ont été domestiquées. Treize espèces viennent de l’Europe et de l’Asie, et deux sont originaires de l’Amérique du Sud. Seuls les bovins, les moutons, les chèvres, les porcs, les chevaux et les ânes se sont répandus dans le monde entier, tandis que les dromadaires, les chameaux, les lamas, les alpagas, les rennes, les buffles domestiques, les yaks, les vaches de Bali et le gayal sont confinés dans des régions plus délimitées de la planète.
Chez les oiseaux seulement dix espèces : poules, canards domestiques, canards de Barbarie, oies domestiques, pintades, autruches, pigeons, cailles ont été domestiquées sur plus de dix mille.
La mutation, la sélection et l’adaptation ont formé la diversité des populations d’animaux d’élevage. Le processus de domestication a abouti à plusieurs changements dont certains sont probablement encore en cours. Les changements morphologiques ont été particulièrement importants. Les animaux domestiques sont plus petits que leurs ancêtres sauvages (seule exception, la poule). Les animaux plus petits sont plus faciles à gérer et à manipuler, ils peuvent atteindre la puberté plus tôt et les grands troupeaux plus faciles à élever. La conformation physique des animaux domestiques peut également être différente de celle des ancêtres sauvages – s’adaptant, par exemple, pour satisfaire la demande en produits à base de viande.

La recherche du gras

Un porc bien gras

Un exemple extrême de la sélection de la masse musculaire est l’hypertrophie musculaire observée chez certaines races de bovins américains. Les porcs, les zébus, les poules sont des exemples impressionnants de la sélection liée à l’accumulation de gras.Les couleurs du pelage ont été aussi influencées par la sélection culturelle. Les éleveurs des pays développés préfèrent souvent l’uniformité dans la couleur de la robe mais, en Asie du Sud-Est, la diversité des couleurs est préférée pour des raisons cérémoniales ou simplement pour faciliter l’identification des animaux.

Principales espèces domestiquées

Principales espèces domestiquées
Espèces domestiques Ancêtres sauvages Nom scientifique Apparition Localisation
Bovins Aurochs disparus
Bos taurus taurus 8000 Proche et Moyen-Orient (Asie de l’Ouest)
B. p. opisthonomous 9500 Afrique du Nord-Est
Bos taurus indicus, B. p. nomadicus 7000 Inde du nord
Yaks Yak sauvage Poephagus grunniens P. mutus 4500 Qinghai-Plateau tibétain
Chèvres Bézoard "Chèvre à bézoard [3]" Capra ferus Capra aegragus (3 sous-espèces) 10 000 Proche et Moyen-Orient, Inde du nord
Moutons Mouflon asiatique Ovis aries Ovis orientalis 8500 Proche et Moyen-Orient/Turquie (Anatolie centrale)
Buffles domestiques Buffle sauvage d’Asie B. bubalus bubalis des rivières 5000 Iran, Iraq, Inde du nord
B. bubalus carabensis des marais 4000 Asie du Sud-Est, Chine
Porcs Sanglier Sus scrofa domesticus Sus scrofa,16 sous-espèces 9000 9Europe, Proche et Moyen-Orient, Chine, Inde, Asie du Sud-Est
Chevaux Disparu Equus caballus 17 multiples 6500 Steppe d’Eurasie
Ânes Âne sauvage africain Equus asinus Equus africanus 6000 Afrique du Nord-Est
Âne sauvage de Nubie, E. a. africanus 6000 Afrique du Nord-Est
Âne sauvage de Somalie E. a. somali 6000 Afrique du Nord-Est
Lamas Lama glama 2 sous-espèces 6500 Andes
L. guanicoe guanicoe 6500 Andes
L. guanicoe cacsiliensis 6500 Andes
Alpagas Vicugna pacos 2 sous-espèces 6500 Andes
V. vicugna vicugna 6500 Andes
V. vicugna mensalis 6500 Andes
Chameaux bactriens Disparu Camelus bactrianus C. b. ferus 4500 Iran oriental
Dromadaires Disparus Camelus dromedarius 5000 Péninsule arabe méridionale
Poules domestiques Poule rousse de jungle Gallus domesticus Gallus gallus (4 sous-espèces 5000 Inde
G. g. spadiceus, G. g. jabouillei 5000 Chine – Asie du Sud-Est
G. g. murghi, G. g. gallus 5000

En Thaïlande

Les animaux de la ferme

Pour la Thaïlande il convient d’ajouter
- l’éléphant d’Asie [4], domestiqué à partir de 2500 à 2000 av. J.-C. dans la vallée de l’Indus ;

Un éléphant domestique


- différentes espèces de singes dressées pour la cueillettes de la noix de coco ;

Un singe utilisé pour récolter les noix de coco


- le nok parot - นกปรอท - Bulbul (parfois appelé condé ou grive bruyante) - Pycnonotus jocosus dont le chant ravit les Thaïlandais.

Un bulbul élevé pour son chant mélodieux


- le buffle domestique ( buffle d’Asie, buffle d’eau, kérabau ou karbau) - Bubalus bubalis , qui était omniprésent dans les campagnes thaïlandaises est en voie de disparition.

Des buffles d’eau dans un village môn

L’origine des buffles (bubalus carabensis des marais), des porcs domestiques (Sus scrofa domesticus) se trouve en Asie du Sud-Est.
- la poule. Les poules du monde entier partagent un ancêtre qui a été domestiqué quelque part en Thaïlande, il y a longtemps (plus de 5 000 ans) [5].

Un poule et ses poussins à Kanchanaburi


- les chats méritent une mention spéciale et font l’objet de superstitions variées. (Lire nos articles Le chat khao mani , Le chat siamois, Le chat khorat, Le papier khoi, Le Tamra maeo)

Un chat khao mani

[1Le processus de domestication}
La domestication peut être définie comme l’appropriation et le contrôle par une société humaine d’une sous-population animale (ou végétale) pour la production d’un service ou d’une marchandise. Elle implique un processus évolutif documentant deux aspects de l’évolution : la spéciation et l’adaptation. Dans un tel processus, ces deux mécanismes biologiques consistent d’une part en une rupture relative du flux génétique entre la population originale et la population domestiquée et, d’autre part, en une modification des pressions de sélection.
Les animaux domestiqués sont donc des espèces élevées en captivité et transformées par rapport à leurs ancêtres sauvages pour les rendre plus utiles aux hommes. Leur reproduction et la sélection sont contrôlées grâce aux soins prodigués : abri, protection contre les prédateurs ; nourriture... et leur approvisionnement alimentaire.
La domestication comprend les étapes suivantes :
- association initiale par la sélection naturelle ;
- stabulation (séjour, mode d’entretien du bétail en local fermé) ;
- stabulation avec reproduction en captivité ;
- reproduction sélective.

[2148 exactement

[3La chèvre à bézoard - Capra aegargus est une chèvre presque domestiquée, ancêtre des chèvres domestiques actuelles. Les mâles ont de longues cornes annelées et recourbées vers l’arrière. Leur pelage a la couleur qui varie de fauve à noire et il possèdent une petite barbe. Le bézoard, la pierre de fiel ou encore la perle d’estomac est une concrétion que l’on trouve dans l’estomacs des humains et des ruminants.Il était autrefois réputé pour ses propriétés anti-poison.

[4La domestication de l’éléphant a débuté il y a plus cinq mille ans forgeant un lien entre l’homme et l’éléphant ne datant donc pas d’hier. Sa somptueuse majesté lui a valu une place particulière dans les cérémonies civiles et religieuses. Depuis des millénaires l’éléphant occupe donc une place importante dans la construction des nations d’Asie du Sud et du Sud-Est, leur identité, leur culture, leurs croyances et leur économie. Bien que vénéré dans ces cultures et ces religions, la force et l’intelligence du pachyderme lui ont valu d’être rapidement utilisé à la fois comme char d’assaut, moyen de transport, monture d’apparat, engin de débardage ou basketteur. Cette condition, qui peut sembler paradoxale aux Occidentaux, illustre la relation complexe qui lie humains et éléphants en Thaïlande.
Les premières traces archéologiques d’éléphants en captivité proviennent de sceaux sculptés retrouvés dans la vallée de l’Indus, et datant de la culture Harappan, il y a environ 4 500 ans. Il est généralement considéré que l’art et la science de l’élevage des éléphants se sont diffusés en Asie à partir d’un centre situé dans le nord-ouest de l’Inde. le Gajaśāstra (traité sur les éléphants, en sanskrit) écrit par le sage Pālakāpya (VIe - Ve siècle av. J.-C), est considéré comme le texte fondateur de la science et du savoir sur les éléphants. Cette région a été le centre d’une large diffusion culturelle, rayonnant à travers tout le sous continent, avec la montée de cultures aristocratiques liées à l’élevage de l’éléphant, mais ce centre n’était pas nécessairement la source de la première domestication.
La situation atypique de l’éléphant, utilisé par les humains depuis des millénaires, qui a participé à la construction sociale, culturelle, économique et politique des nations, mais dont la reproduction n’a jamais été contrôlée, questionne quant à son statut dans le cadre des processus de domestication décrits ici. Les modes d’élevages, et donc le niveau de contrôle et de domination exercé, sont également très variables entre les éléphants gardés dans des zoos ou des temples et ceux élevés en forêt et relâchés par intermittence.
Les débats sur le(s) statut(s) des éléphants transparaissent dans la difficulté à adopter une terminologie consensuelle les désignant. De nombreux termes sont utilisés tels que : éléphant apprivoisé/dressé, éléphant de travail, éléphant de débardage, éléphant domestique, éléphant domestiqué et, le terme dernièrement mis à la mode, éléphant captif. En thaï, les éléphants domestiques sont littéralement appelés “éléphants de village”, chang ban - ช้างบ้าน où chang signifie éléphant et ban village ou maison, rappelons-nous que "domestique" dérive étymologiquement de domus – la maison en latin.
Quel que soit le statut actuel de l’éléphant, l’intensification de la domination de l’humain sur les éléphants captifs et le relâchement du lien avec le sauvage que l’on observe en Thaïlande ne s’apparentent-ils pas à un processus, certes récent, de domestication de l’espèce ?
Quelles conséquences ce processus peut-il induire sur la diversité génétique, la démographie, l’exploitation économique de l’éléphant et les savoirs locaux ?

[5Un avis actuellement contesté :
Les poules domestiques (Gallus domesticus) descendent de la poule de jungle (Gallus gallus), avec cinq sous-espèces progénitrices possibles. Alors que les études moléculaires précédentes suggéraient une origine domestique unique en Thaïlande, six autres lignées génétiques maternelles ont été identifiées, suggérant ainsi plusieurs centres de domestication. Les informations archéologiques indiquent un centre près de la vallée de l’Indus, il y a 5 000 ans, et un autre en Chine orientale il y a au moins 7 500 à 8 000 ans.